Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2020

Traveller Cholismo: comment découvrir Vienne étape par étape

Vienne est un soupir de bonne vie, une ville française qui regarde de côté de l'autoroute qui relie la Tour Eiffel à la Côte d'Azur, une formidable envie urbaine sur les rives verdoyantes du Rhône. Oui, sa grâce est ce facteur de surprise, cette folie bénie des ruelles dans lesquelles apparaissent soudainement des monuments romains, des églises présomptueuses et de l'archéologie gastronomique. Snack par la bouche, gorgée par gorgée, étape par étape (pur voyage Cholismo). Il n'y a pas d'autre moyen de la rencontrer.

TERRAZA-TERRAZA-MONUMENTO ROMANO-TERRAZA

La seule concession que Vienne ait donnée aux voitures est l'ancienne route qui gâte la vue depuis le Rhône. Rien de plus. Et est-ce cette ville, situé à un peu plus de 30 kilomètres au sud de Lyon, il reste encore un territoire piétonnier, de rue et de voyous. Par conséquent, lorsque le soleil vient de la seigneurie, les auvents et les terrasses inondent les rues d'un centre historique d'un plan carré mais de traits anarchiques, médiévaux et ludiques. Et dans ce tontorron et cette brasserie marchent soudainement, les vestiges romains apparaissent.

Le plus scandaleux est celui du temple d’Auguste et de Livie, une silhouette monstrueuse qui émerge au cœur de l’ancien forum et qui est le véritable centre névralgique de la ville. C'est l'édifice religieux romain classique, avec ces colonnes fibreuses qu'aucun roi Kong ne voulait démolir, son fronton négligé et son autel païen. L'intérieur a été défénestré par l'église, qui l'a transformée en église pendant des siècles. L'arrivée du XIXe siècle et les courants anticléricaux ont permis de retrouver son apparence initiale et de supprimer tout reste évangélique. Et il a rendu sa galanterie, son magnétisme emblématique et cette démesure qui fait de lui un géant entre les petites maisons et les toits de la Plaza du Palaise Charles de Gaulle. Lors de ce pèlerinage, vous traverserez la Plaza Françoise Miterrand, la limite est de l’ancien forum, et vous arriverez au jardin Cibeles, un parc archéologique où se trouvent les murs du petit auditorium, les planchers d’un grand domus et les nervures d’un petit grande arche qui a servi d'entrée jubilante au grand forum. Et déjà sculpté dans les montagnes qui protègent le grand théâtre monumental de la rivière, le joyau de la couronne, un de ces scénarios pour la postérité d'où vous apprécierez une chute en amour et le joyeux jeu du soleil faisant fondre les toits avant de dire au revoir. Ici, pendant l'été, tout est ... (voir dernier point).

Place du Palais Charles de Gaulle, arrêt obligatoire © Corbis

EL -PARADÓJICAMENTE- MUSEE D'ARCHÉOLOGIE DE MODERNETE

Les deux vestiges romains de la rive est du Rhône ne sont que le prélude à ce grand site. Juste en face de la rivière apparaît Saint Romain-en-Gal et son musée gallo-romain. Ou ce qui est la même chose, ce qui reste de l'expansion de la ville et du domaine (pont traversant) de la vallée et du commerce fluvial. Tous réunis dans un musée qui, en 1996, a surpris les siens et ceux de l’étranger par ses lignes modernes, son éclairage et sa manière d’exposer les pièces archéologiques. Avec cette méthode, il parvient à éliminer la poussière et le tuffillo jaunâtre de ce type de musées et le rend attrayant pour tous les types de visiteurs. Et pourtant le meilleur est à l'extérieur, car les bâtiments métalliques servent à protéger les fouilles et les découvertes dans un vaste pré. Outre les routes classiques et les exercices d’imagination ne projetant aucun bâtiment, les points saillants sont les latrines et leur système de nettoyage. Tourisme eschatologique? Plutôt curieux, surprenant. Le nième signe que le progrès a permis d’avoir une intimité dans «ces moments». Même au prix de socialiser moins.

Temple d'Auguste et Livie © Corbis

UNE PARADE DE CHAMPIONNAT

Sinon, la ville n'est pas privée d'églises. À son époque, il joua un rôle important en tant que frontière entre le Saint-Empire romain-germanique et la vieille France, ce qui lui donna le titre de ville et de clochers de tous les styles. Bien sur il ne manque pas une dame de la cathédrale gothique, dédiée à saint maurice avec une de ces façades qui sont appréciées au comptoir et qui sait poser pour les photos. Ah! Et avec un intérieur volumineux et coloré par les fenêtres. Quick la vue est surprise par la tour de l'église Saint-Pierre, l'une des plus anciennes de France (Il a des parties du Ve siècle) dont l’extension maximale s’est produite au XIIe siècle, lorsque son clocher roman est devenu le gratte-ciel de la Vienne. Aujourd'hui, il s'agit d'un incroyable musée archéologique très particulier (pour son continent) et plein de clairs-obscurs, où les vestiges de sculptures romaines partagent une vitrine avec des reliques catholiques. Finalement Impressionnez, pour sa beauté et sa délicatesse, le "phare" de l'abbaye de Saint-André-le-Bas; un morceau de roman toscan qui vole toute la notoriété de ce bel ensemble monastique.

La Pyramide, une référence gastronomique © Corbis

… ET DIEU A VU QUE «LA PYRAMIDE» ÉTAIT BON

Si vous continuez à chercher des vestiges romains, vous atteindrez la magnifique pyramide, le monument qui se trouvait au centre du vieux cirque romain. C'est la seule chose qui lui reste, mais c'est un symbole ... gourmand. Et est-ce La Pyramide a donné son nom au berceau de la nouvelle cuisine française, le restaurant du pionnier, du grand Fernand Point, du professeur des professeurs. Ce n’est pas en vain que c’est le premier restaurant à atteindre les trois étoiles au Guide Michelin en 1933 et que ses chefs tannaient de grands chefs comme Paul Bocuse. Aujourd’hui, il fait partie d’un très charmant Relais & Châteaux dans lequel la gastronomie continue de briller grâce à son nouveau patron, chef Patrick Henriux, qui a maintenu le niveau de la lettre et qui a traduit deux étoiles méritées. Mais il met également en évidence la nouvelle aile, un espace pour tous les budgets appelé PH3 où la nourriture est servie à toute heure de la journée avec une philosophie chauvine et respectable: en cas de doute, des produits de la région. Résultat

Et les vins ne pourraient pas être manqués © Corbis

“REAGIR AVEC LA PATIENCE” EN CÔTE-RÔTIE

La relation intense qui existe entre Vienne et la gastronomie ne repose pas seulement sur les produits locaux, mais aussi sur le vin. Et c'est que Vienne, sur le plan administratif, est la capitale de la Côte-Rôtie, l'une des meilleures régions viticoles sur les rives du Rhône. Ici, les établissements vinicoles le prennent au sérieux, avec des vins d'une qualité suprême, grâce à une Sirah domestiquée et instruite, femme fatale des palais du monde entier. Et avec des prix ajustés au résultat et à sa renommée. Pour cela, les grands vignobles comme Guigal ou Duclaux n'ouvrent pas leurs portes au grand public, parce qu’ils n’ont pas besoin de tourisme viticole, pas même pour marque Pas par affiliation. Cependant, Corps de Loup n'a pas résisté à l'enseignement de son domaine, même pour le pur plaisir de montrer ces vignes et de s’enivrer. L'expérience est très enrichissante. Vous commencez par marcher entre les terrasses sur les pentes de la montagne, sur des terres soutenues par des pierres déplacées par les Romains il y a des siècles. Puis il entre dans les entrailles de la grande maison, où le vin est traité et le processus de vinification est passé en revue. Et à la fin, sur le joli porche qui est tissé Parmi les anciens bâtiments, vous pourrez déguster à la campagne où seule une petite peinture murale avec une phrase dévastatrice brise la liturgie: “Réagir avec patience" Cela semble si simple à Côte-Rôtie.

La cathédrale de Vienne, une merveille © Corbis

À LA FIN, TOUT EST DU JAZZ

Mais au mois de juillet, les Romains, le vin et la gastronomie passent au second plan. La ville est infectée par le jazz et les coins les plus monumentaux vibrent avec des solos de trompettes et des improvisations vocales. Toutes les Vienne dansent dans les jardins et les places, où des musiciens amateurs et semi-professionnels tirent les applaudissements les plus sincères de l'été. Les professionnels sont cités dans des scénarios stratégiquement situés dans les coins les plus emblématiques. Et bien sûr, L'épicentre est le grand Odéon romain, ce théâtre avec plus de 13 000 spectateurs où sont les soirées jazz non-stop et les gens viennent avec des envies cathartiques et métamorphiques. La transe n'est pas garantie. Bonne musique, oui.

- 42 choses à faire en France une fois dans sa vie
- Onze curiosités que vous trouvez en visitant l'ouest de la France
- 10 choses apprises en tarn français
- Bourgogne, le coeur de vineux de la France
- Tous les articles de Javier Zori del Amo

Laissez Vos Commentaires