Articles Populaires

Choix De L'Éditeur - 2019

Expériences

1. Au lit: cendres. Álvaro Ortiz. Cette bande dessinée n’est pas un road trip, ce n’est pas une référence continue à la culture underground, ce n’est pas un hommage à la musique post-rock, ce n’est pas un roman policier mystère ... Et c’est tout à la fois. Nous dirons seulement que cela commence par citer «Come on» de Pixies. Nous célébrons aujourd'hui la Journée internationale de la musique.

Lire La Suite

LA PLANIFICATION Finie l'époque où les agences étaient une sorte de gourou et de réalisateur lorsqu'elles partaient en vacances. La chose normale était que vous ayez commandé l'intégralité du colis (peut-être qu'ils l'auraient suggéré à destination) et que vous deviez partir avec un itinéraire programmé au millimètre.

Lire La Suite

Si vous approchez des 24 Heures du Mans ce week-end, alors que la plus célèbre course d'endurance du monde fête ses 90 ans, le paysage se transforme: bars dans la rue, foule débordante au centre-ville, pilotes qui courent l'esprit F1 et courent de plus en plus, une ville nocturne illuminée sur le plan artistique à chaque angle, en particulier sur les façades des bâtiments historiques.

Lire La Suite

1. Au lit: Manu, Manuel Jabois (éd. Noisettes de citrouille). Une oeuvre autobiographique galicienne hilarante qui opte cette fois pour expliquer comment il s’est passé cette année et a culminé dans sa vie, avec l’arrivée de son fils qu'il a conçu comme suit: "Il était sous une gueule de bois qui semblait provenir de deux siècles plus tôt. , comme si au lieu de fêter un anniversaire hier soir, nous avions pris la Bastille, lorsque j’ai pris la décision héroïque de prendre une poudre. "

Lire La Suite

Juin moitié. À ce stade, quand j'étais enfant, je savais déjà clairement où j'allais passer l'été (comme verbe conjugable). J'avais également été au clair en avril, janvier et octobre de l'année précédente, car les vacances, à moins qu'une météorite ne frappe le monde, étaient toujours au même endroit pour mes amis et pour moi: dans "la ville".

Lire La Suite

C'était l'après-midi de la bière et de la mode, la nuit du mojito et du style et c'était également l'événement qui a marqué le début de la mode estivale dans la rue Jorge Juan, piétonne et plus élégante que jamais pour cette journée. Plus de 40 magasins ont été ouverts au public jusqu'à minuit, offrant des rabais et des cadeaux.

Lire La Suite

SIEM REAP Parmi les nombreux temples du patrimoine mondial qui se concentrent à Siem Reap, certains sont particulièrement attrayants pour les enfants. L’histoire de la civilisation d’Angkor, les luttes de ses rois et ses ruines impressionnantes au milieu de la jungle attireront sûrement l’attention des plus petits.

Lire La Suite

Il philosophe beaucoup dans le bus. Pascal venait probablement d'une diligence lorsqu'il a écrit que "la plupart des maux qui frappent les hommes viennent d'eux parce qu'ils ne restent pas calmes à la maison". Et la phrase complète de Sartre était en réalité "Enfer sont les autres qui vous accompagnent dans le bus Conil de La Frontera-Panjón un jour de chaleur normal en août".

Lire La Suite

1. Au lit: Chroniques quinquis (Javier Valenzuela, K.O Books). Le livre par excellence de Canallesco Journalism (en majuscules) des années 80 en Espagne. Les chroniques de Valenzuela publiées dans El País constituent un portrait social d'une époque dans un Madrid d'événements, de policiers, de quinquis, de junkies et de journalistes sans réseaux sociaux.

Lire La Suite

1. Au lit: la Foire du livre de Madrid va lui donner un coup de pied. Nous avons séjourné, parmi notre sélection de livres de voyage, avec un classique de la photographie: Les Américains, de Robert Frank. "Vous finissez par ne pas savoir si un juke-box est plus triste qu'un cercueil", écrit Kerouac à propos de ce recueil de photographies d'une Amérique à rêves anti-américains.

Lire La Suite

1. Au lit: Nick Cave. Confessions intimes d'un saint pécheur. Mat Snow Le leader des Bad Seeds et Grinderman ouvre la chaîne dans ce mémoire où le passé sombre des bidonvilles et de la mauvaise vie a tiré les paroles qui inondent les meilleurs concerts d’aujourd’hui. Un regard brut sur la vie d'un des poètes de notre temps.

Lire La Suite

C'est alors que nous rencontrons les esquisses d'un bathyscaphe, appareil au nom aussi étrange que celui-ci, dont la mission était de plonger dans de grandes profondeurs, sous de très fortes pressions, pour servir d '"espion" dans des missions militaires ou scientifiques. Le père de la créature était Auguste Piccard, qui réussit à le réduire à plus de 10.

Lire La Suite

1. Au lit: Bailadela da Morte ditosa, Roberto Vidal Bolaño. On célèbre aujourd'hui la journée Galegas, dédiée à ce dramaturge et acteur qui a contribué à professionnaliser cet art revendiquant la culture et la tradition galicienne. Il nous reste son travail Baidadela da morte ditosa (Bailadela de la mort béate), un travail sur différentes rencontres avec la mort de personnages qui lui viennent par le chagrin, la douleur ... 2.

Lire La Suite

La fête. Il y a plusieurs scénarios. Le principal est la prairie, où sont installés les stands de nourriture et de boissons, la grande roue et les autos tamponneuses, où ruminer avec les pibitas au rythme de la techno ou des cantaditas. Ensuite, il y a la verveine de las Vistillas et las Ventas, où les passants donnent spontanément les laissez-passer dans les bars à proximité selon un horaire chargé, et de nombreuses activités ici et là.

Lire La Suite

Personne ne voudrait vivre ou aller voir un film Haneke, mais ce sont eux qui éclairent le mieux notre existence, à part travailler comme une gifle lorsque nous sommes à moitié endormis: ce n'est pas quelque chose d'agréable, mais de l'espabila. Derrière cette métaphore grossière où il y a, il y a une profonde admiration pour le talent du réalisateur capable de sublimer le malaise tout en restant inconscient de toute concession sentimentaloïde; si froid et précis que nous pensons que nous regardons la vérité filmée en réfléchissant constamment à la nature très équivoque du tournage et aux dangers des écrans.

Lire La Suite

Ce sera pour la culture, pour l'effet des affiches ou pour de simples postures. Le fait est que l’homme du XXIe siècle aime de plus en plus assister à des expositions parce qu’il marche sur un terrain brillant et profite de ce temps insuffisant entre le petit-déjeuner et le goûter du dimanche. Plusieurs spécimens inoffensifs coexistent avec des images et des brochures avec lesquelles partager un écosystème.

Lire La Suite

Le tourisme dans les cimetières est de plus en plus à la mode, à tel point que l’Union européenne a son propre itinéraire et bien sûr une légion d’amoureux de la beauté éternelle qui semble distiller le souvenir pierreux des morts. Nul doute que c’est une méthode très divertissante pour faire le point sur l’histoire d’un pays, avec sa grandeur et sa misère, avec ses lumières et ses ombres.

Lire La Suite

La musique. Cela varie beaucoup d'un festival à l'autre. Surtout, d'un festival de valets à un autre. Des groupes qui ne se rencontrent qu’à Londres ponctuent deux fois sur les affiches, mais il ya aussi les modalités "marches mortes", "j’ai acheté un orgue", "nous nous sommes rencontrés la veille sur Facebook" et "attitude et moustaches".

Lire La Suite

1. Au lit: Le désordre de Daniel Johnston. L'illustrateur Ricardo Cavolo rend hommage à Daniel Johnston, à sa vie et à sa musique. Comme Cavolo nous l’a dit, "c’est mon premier roman graphique ... une vraie naissance qui me trompe beaucoup". Et plus d'enthousiasme va donner à Johnston lui-même l'un des exemplaires à Primavera Sound à Barcelone.

Lire La Suite